Apprendre avec une bonne / une mauvaise odeur

20160325_140058

En classe, nous avons réalisé plusieurs expériences sur le thème de l’apprentissage avec une problématique générale : « Est-ce qu’on apprend mieux quand on a du plaisir ? »

Pour répondre, la classe a imaginé trois expériences opposant plaisir et déplaisir en testant trois variables différentes : la musique, l’odeur et la récompense.

La deuxième expérience, imaginée et réalisée par une équipe d’apprentis chercheurs, a posé la question suivante : « Apprend-on mieux avec une odeur agréable et moins bien avec une odeur désagréable ? »

Après avoir réalisé un support d’apprentissage puis une évaluation en relation avec les programmes scolaires (apprendre une leçon d’histoire), le groupe de chercheurs a tiré au sort les deux groupes de testeurs : un travaillant dans le plaisir, l’autre dans le déplaisir.

Comme l’odeur est aussi une variable qui peut avoir une influence sur toute la salle de classe, nous avons décalé les deux parties de l’expérience : chaque groupe de testeurs a pu faire son expérience pendant que l’autre moitié de classe travaillait en autonomie.

A l’issue des 20 minutes d’apprentissage, les apprentis chercheurs ont fait passer une courte évaluation notée sur 10 à leurs testeurs afin d’évaluer leur efficacité.

Ressentis des enfants après expérience :

Expérience apprendre l’histoire avec une bonne odeur (vanille) :

20160329_103122

« J’ai aimé la bonne odeur dans la classe pour apprendre l’histoire. » (Thalia)

« J’ai bien aimé l’odeur de la vanille mais je n’ai presque rien senti. » (Jasmine)

« J’ai aimé l’odeur de la vanille mais il y a des élèves qui me déconcentraient parce qu’ils demandaient plus de pshitt de vanille. » (Nina)

« J’ai aimé la bonne odeur de la vanille mais on était en train de travailler et en plus, les chercheur en mettaient trop. » (Manon)

Expérience apprendre l’histoire avec une mauvaise odeur (pieds) : 

20160325_140112

« C’était dur d’apprendre une leçon d’histoire avec la chaussure du voisin sur le bureau parce que ça sentait  pas très bon et ça m’a beaucoup déconcentrée. J’ai trouvé que je n’avais pas du tout appris pareil. » (Laly)

« Je ne sentais rien, ça me gênait pas. Je trouve que j’ai bien appris. J’aimerais bien recommencer. » (Jade)

« J’ai détesté la mauvaise odeur dans la classe pour apprendre l’histoire. » (Chloé)

Comme la première fois lors de l’expérience « musique », les enfants ont remarqué qu’ils avaient pu influencer leurs résultats par leur agitation pendant l’expérience ou bien par « excès » de bonne odeur (qui, pour certains est donc devenue mauvaise). Ils ont donc décidé de la réaliser une deuxième fois.

Pour analyser ces deux expériences, nous avons calculé la moyenne de points de chaque groupe, noté la note la plus haute et la plus basse puis réalisé un graphique.

Observations :

Les résultats du premier essai « odeur » ont montré que la moyenne du groupe plaisir dépassait de 0.6 point celle du groupe déplaisir et que les notes les plus basses se situaient dans le groupe déplaisir.

Les résultats du deuxième essai « odeur » ont montré que la moyenne du groupe déplaisir dépassait de 1.5 point celle du groupe plaisir et que les notes les plus hautes se situaient dans le groupe déplaisir.

Notre interprétation :

La première expérience semble indiquer que la mauvaise odeur empêche de bien travailler mais ce n’est pas le cas de la deuxième expérience, au contraire.

Etant donné que nos résultats s’opposent, les enfants ont essayé d’émettre des hypothèses pour les expliquer :

  • Peut-être que la mauvaise odeur ne dérange pas.
  • Peut-être qu’il y a eu plus de « forts » dans le groupe déplaisir pour la deuxième expérience.

Il est de nouveau difficile de conclure sur la question « Apprend-on mieux avec une odeur agréable et moins bien avec une odeur désagréable ? ».

« D’après les résultats de nos expériences, on peut penser que :

  • L’on n’apprend pas mieux avec une bonne odeur.
  • L’on n’apprend pas plus mal avec une mauvaise odeur.

L’odeur ne semble pas influencer notre apprentissage.

On pense que les mauvais résultats peuvent venir :

  • De stress
  • D’un manque de concentration
  • De la difficulté des exercices pour certains élèves  »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s