Rencontre avec un chercheur

Lycée François Mauriac, Bordeaux, le 16 février 2017

Rencontre avec le chercheur Jacques Taillard

Notre projet des Savanturiers se concrétise au fur et à mesure que le temps passe. C’est pourquoi le 02 Février 2017, nous avons eu la chance de rencontrer l’ingénieur de recherche Jacques Taillard, qui travaille sur les pathologies du sommeil ainsi que sur le sommeil et la conduite automobile au C.H.U. de Pellegrin (Neurocampus).

Il nous a parlé des métiers dans le recherche. Il y a deux classes distinctes qui sont les chercheurs pour la première : enseignant chercheur qui enseigne à l’université et les chercheurs qui ne font que ça. La deuxième classe est constituée d’ingénieurs, d’agents administratifs et de techniciens. Les ingénieurs sont là pour mettre en place les idées des chercheurs, pour l’expérimentation ainsi que le développement de techniques afin de donner une réponse aux chercheurs. Mais les ingénieurs ont aussi la possibilité d’effectuer leur propre recherche, ce qui est le cas de M. Taillard.

De plus, Jacques Taillard nous a appris qu’il existe de grandes organisations de recherches, dont le C.E.A. qui faisait des recherches atomiques avant de se lancer sur des recherches à propos des comportements et du médical. Le C.N.R.S. fait aussi partie de ces grandes organisations. La dernière qu’il nous a présenté se trouve être l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (I.N.S.E.R.M.). Malheureusement, d’après lui, ces organisations sont voués à disparaître  pour laisser place aux universités.

Nous lui avons présenté notre projet que l’on  élabore depuis Septembre en lui annonçant notre sujet : sommeil et concentration. Suite à cela, il nous a exposé en quoi consistait son travail. Il a commencé par nous dire qu’il travaillait à l’aide de simulateur de conduite, avec un ordinateur et un écran. Ce système n’est pas très bien selon lui car certains testeurs ont le mal des transports puisqu’ils ont l’impression d’être dans une voiture mais celle-ci ne bouge pas. D’autres expériences sont effectuées par les chercheurs, la performance de conduite est observée dans des conditions réelles (conduite écologique), en Gironde avec un moniteur spécialisé dans les rallyes qui guide l’expérimentateur. On y retrouve les mêmes circonstances d’expérimentations malgré le fait que la conduite réelle ne permet pas la reproduction de certaines situations au contraire de la conduite sur simulateur. Malheureusement, il y a toujours des biais, nous dit-il, puisque l’on ne peut pas prévoir les circonstances dans lesquelles les expériences vont être effectuées. C’est pourquoi les chercheurs n’hésitent pas à augmenter le nombre de sujets.

Ensuite, nous avons parlé de l’impact que le manque de sommeil peut avoir sur nous. Jacques Taillard nous a dit que ce manque de sommeil influence souvent les performances scolaires et physiques ainsi que nos émotions. De plus, lorsque l’on utilise des appareils électroniques avant de se coucher, cela augmente notre activité cérébrale puisque l’on va réfléchir à ce que l’on a pu voir. Cela a des grandes conséquences sur notre sommeil, en effet, il retarde notre endormissement d’au moins une demi-heure. L’âge est aussi un élément important dans le temps de sommeil, en effet, comme l’ingénieur a pu nous l’expliquer, plus on vieillit et plus l’on va avoir des problèmes de sommeil.

Nous avons de nouveau parlé de notre sujet en particulier avec l’ingénieur. Il nous a prévenu qu’il était important de repérer un maximum de biais pour nos expériences. Avant de faire les conclusions de nos expériences, il faudra que l’on prenne en compte les différents biais qu’il y a pu avoir pour que notre analyse et les résultats soient en conséquence.

Plus tard, il nous a dit que la concentration serait difficile à mesurer puisque le test sont complexes liés à des fonctions exécutives différentes. Selon lui, il faut définir l’attention soutenu ou l’attention psychologue avant d’aller plus loin. Il nous a alors conseillé des tests sur l’attention soutenue, c’est-à-dire le temps de réaction. Par exemple, on pourrait faire des tests de mémorisation ou de calcul sur papier, des tests de performances ou bien des tests d’inhibition (barrer des lettres, labyrinthe,…).

Cette rencontre fut pour nous d’une grande aide et très intéressante, en effet, nous avons appris beaucoup de choses et l’ingénieur nous a donné beaucoup de conseils pour que notre projet aboutisse comme on le souhaite. Un grand merci à lui pour cette intervention.

Fanny P. (Responsable pôle communication)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s