La transmission de l’information peut-elle s’arrêter ou se perdre ? (3)

3) Que se passe-t-il lorsque la transmission de l’information est perturbée ?  

Nous avons commencé par rechercher dans quelles situations la transmission de l’information pouvait être pertubée. Nous étions d’accord sur le fait que des bruits trop forts, les rayons du soleil, la fatigue, les émotions, la drogue ou l’alcool pouvaient causer des perturbations, parfois définitives.

  • Cas de l’alcoolisme : « Que se passe-t-il quand on boit de l’alcool ? » 

Nous avons réfléchi aux effets visibles que l’on pouvait repérer lorsque l’on boit de l’alcool. Après avoir discuté de l’âge « acceptable » pour en boire (« pas avant 16 ans, voire 18 ans » d’après les enfants) et des types d’alcool (discussion autour de la bière, du vin et d’autre alcools comme le whisky), les enfants ont partagé des expériences assez personnelles sur les réactions qu’ils avaient déjà constatées chez les autres :

– certains rigolent beaucoup

– d’autres se mettent en colère

– d’autres encore ont envie de dormir

Tous les élèves étant d’accord sur le fait que lorsque l’on boit trop, « on ne marche plus droit », c’est bien le signe qu’il se passe quelque chose dans le cerveau. De plus, dans le conte du « Petit Prince », le personnage du géographe disait aussi du buveur « qu’il voyait double », ce qui était mauvais pour ses données scientifiques !

Nous avons appris avec notre parrain que l’éthanol, la molécule de l’alcool, possédait la même forme que le GABA (neurotransmetteur inhibiteur, voir article 2). En se fixant sur ces récepteurs GABA, l’éthanol exagère leur effet et donc le ralentissement du cerveau.

Ressource vidéo utilisée en classe : https://www.youtube.com/watch?v=kd7HGqtLwws

Nous avons donc mieux compris les dangers de l’alcool sur la conduite : toutes les informations sont traitées plus lentement et donc nos réactions sont aussi plus lentes. Difficile alors d’éviter un animal qui surgit sur la route ou tout autre obstacle…

Les élèves ont aussi abordé la notion de plaisir et de dépendance qui peut se mettre en place avec l’alcool comparant l’alcoolisme au tabagisme tout en se souvenant d’un exemple utilisé l’an dernier sur la notion de plaisir : « Maîtresse, l’alcool doit aussi avoir un effet sur l’hormone du plaisir, comme les chips » ! Certains se souvenaient de son nom : la dopamine.

Ressources vidéo utilisées en classe :

Ressources possibles pour l’enseignant :

 

  • Cas d’une maladie neurologique 

Les maladies neurologiques sont la spécialité de notre parrain de recherche, Laurent Groc. Il nous a expliqué que la cause majoritaire des maladies psychiatriques sont dues à des synaptopathies, c’est à dire des maladies touchant les synapses. La mort des neurones est liée au dérèglement des synapses. C’est un grand enjeu de recherche car les symptômes et les troubles neurologiques sont tardifs mais leur mise en place est précoce. Son travail de recherche vise à mieux comprendre ces mécanismes pour trouver des traitements.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s