Entendre –

Nous faisons des expérimentations sur les sons et leur perception.

  • Nous commençons par remplir des bouteilles en verre avec des niveaux d’eau différents.
  • Ensuite nous tapons dessus avec des baguettes en bois, en métal, en plastique.

Nous remarquons que la matière des baguettes produit des sons différents. Aussi, avec une même baguette, nous entendons des sons différents suivant le niveau d’eau dans la bouteille. S’il y a beaucoup d’eau, le son est grave. Quand il y a peu d’eau, le son est aigu.

  • Nous transvasons l’eau dans des pots transparents avec de l’encre.

  • Nous inventons des mélodies en collant des gommettes de la couleur des pots.

  • Nous testons nos mélodies puis nous échangeons nos partitions avec nos camarades.
  • Mélodie
  • Nous avons appris que nos oreilles dissocient des sons aigus ou graves. Mis les uns à côté des autres, ils forment des mélodies qu’on reconnait, qu’on aime ou non et qu’on mémorise comme quand on apprend des chants.
Publicités

Ce que nous pensons savoir à propos du cerveau

Avant les vacances de décembre, les élèves ont appris qu’ils allaient travailler sur le cerveau.
Nous commençons notre projet en ce début janvier par une prise de contact avec notre mentor, Julie, doctorante au CERCA (Centre de Recherches sur la Cognition et l’Apprentissage) de Poitiers.
Chère Julie,

Nous sommes la classe 10 de l’école des Tourelles à Paris, en CM1-CM2. Nous commençons à étudier le cerveau. Avant les vacances, les CM1 ont écrit ce qu’ils pensaient du cerveau puis, après les vacances, chacun a donné son avis. Nous avons des idées très différentes.

Nous avons eu quelques idées pour vérifier ce que nous pensons:

1 expérience:

– si on apprend beaucoup de choses, au bout d’un moment, on va avoir mal quelque part. Ce sera dans cette zone que se situe l’organe qui permet d’apprendre

1 observation:

– observer une échographie et une photographie

Plusieurs idées pour chercher des informations:

– le dictionnaire

– Internet (mais parfois on trouve des informations fausses sur internet)

– demander à nos docteurs si on a un rendez-vous médical prochainement

– regarder un C’est pas Sorcier

– aller voir une exposition à la Cité des Sciences
– demander à quelqu’un qui travaille en laboratoire (comme toi!)
– emprunter des livres documentaires à la BCD ou à la médiathèque du quartier
– observer une maquette
– demander à un boucher à quoi ressemble le cerveau des animaux, c’est sûrement pareil que celui des humains
Pourrais-tu nous envoyer une photo et une échographie d’un cerveau humain si tu en as? Pourrais-tu nous conseiller un site internet et une vidéo?
Pourrais-tu nous envoyer une photo de toi, s’il te plaît?
Bonne année 2018
La classe 10
Nous lui envoyons aussi des dessins.
Consigne: À ton avis, à quoi ressemble ton cerveau? Dessine-le sur une page blanche de ton cahier.

Et également ce que nous pensons savoir sur le cerveau.

Extrait des avis les plus couramment partagés dans la classe:

  • le cerveau est situé dans la tête
  • le cerveau contrôle nos mouvements
  • sans cerveau on ne peut rien faire
  • si quelque chose nous transperce le cerveau, on peut mourir

Extrait des avis les plus discutés dans la classe:

  • les neurones se forment si on répète plusieurs fois quelque chose
  • se taper la tête abîme les neurones
  • on peut mesurer l’intelligence en mesurant la taille du cerveau
  • si quelque chose transperce le cerveau, ça peut changer la personnalité

À suivre…

Présentation du projet aux élèves

Pour commencer, nous avons exprimé ce que nous pensons savoir à propos du cerveau.

Nos premières idées

A travers des expériences, nous allons chercher à comprendre comment le cerveau fonctionne avec les oreilles (pour entendre et mémoriser), avec la bouche (pour parler et exprimer nos émotions), avec le nez (pour sentir et mémoriser les odeurs), avec les yeux (pour voir et imaginer) et avec la peau (pour percevoir des sensations).

Nous allons aussi nous questionner sur le sommeil. Pourquoi est-il important de dormir pour le développement du cerveau?

La créativité des CP peut-elle sauver le monde ?

L’idée générale de notre projet d’éducation par la recherche est de découvrir les Objectifs de Développement Durable définis par l’ONU pour 2030 en explorant la créativité des enfants du CP au CM2. Les CM2 ont préalablement définis la problématique de recherche : « La créativité peut-elle sauver le monde ? »

Notre projet se poursuit, pendant cette deuxième période, avec un groupe de CP. Voici donc Lucie, Emna, Samuel, Lyla, Maxence, Ryan, derrière de gauche à droite et Maël, Ellorah, Naïs, Mathis, Timéo et Nils, devant.

CP Savanturiers de la créativité

Les CP ont commencé par réfléchir à ce qu’était un « Savanturier », un mot qu’ils ne connaissaient pas :

  • C’est quand on fait une expérience et qu’on explore. (Samuel)
  • C’est un truc qu’on fait. On est des chimistes. (Timéo)
  • Ca rime avec “avant” comme “avant” et “savant” comme quelqu’un qui fait des expériences.( Maël)
  • C’est quand on voyage parce que les aventuriers, ça voyage. On peut voyager dans le ciel, dans la jungle, dans la savane… (Naïs)
  • On prend des jumelles, des loupes, pour voir des petits trucs. (Nils)
  • C’est comme “Safarigo”, un jeu avec des explorateurs et des jumelles. (Lyla)
  • C’est comme Koh Lanta. On voit des animaux (serpents, araignées). Les autres font des trucs pour gagner (Mathis)
  • C’est comme Fort Boyard (Maxence), une aventure (Rayan).

Puis ils ont fait la connaissance de la chercheuse qui accompagne le projet cette année : Maud Besançon, lors d’une visioconférence. Ils ont pu lui poser des questions sur elle et sur son travail.

Visioconférence avec Maud Besançon

_ C’est quoi ton travail ?   

_ J’analyse les réponses des enfants aux questions que je leur pose. Prenons le cas d’un bébé. Il veut un objet qui est loin de lui, plus loin que son bras. Il y a une barrière entre lui et l’objet. Que peut-il faire ?

_ Quelles expériences tu fais ?

_ On ne voit pas ce que je cherche. Je cherche à comprendre comment le cerveau fonctionne pour trouver de nouvelles idées.  Si je vous donne un problème mathématiques et que je vous demande combien font 2+2, vous avez la solution. Par contre, il existe des problèmes de société pour lesquels on n’a pas de solutions. Il faut alors utiliser nos connaissances et explorer de nouvelles solutions.

_ Est-ce que tu connais un laboratoire ?

_ Un laboratoire, c’est un ensemble de chercheurs qui travaillent ensemble et qui se réunissent pour discuter de notre travail. Certains travaillent sur la mémoire, d’autres sur les jeux vidéos…

Maud a demandé ce qu’était la “créativité”. Beaucoup de CP ne connaissaient pas le mot. Trois d’entre eux l’avaient déjà entendu. Leurs réponses :

  • “C’est quand on dessine.”
  • “C’est quand on colorie”.
  • “C’est créer un nouveau truc”.

Lors de la deuxième séance, les enfants ont créé un nuage de mots autour du mot « chercheur » : https://wordart.com/8sd80iyx1yk9/d%C3%A9finir-un-chercheur-en-cp

Puis ils ont visionné la vidéo « The World’s Largest Lesson » pour découvrir les Objectifs de Développement Durable (ODD) : un franc succès pour « Hermione de Harry Potter » 🙂

Elle nous donne une mission, qui veut l’aider, vous ?” : OUI ! (9 sur 11)

“Nous n’allons pas pouvoir l’aider pour toutes ses missions, nous allons devons en choisir une seule et réfléchir à des solutions pour améliorer le monde ! Laquelle ?

The World’s largest lesson 2

Lors de la 3e séance, les CP ont redemandé à visionner la vidéo de la semaine précédente, ce qui nous a permis de faire des pauses et de réfléchir aux problèmes rencontrés et aux solutions trouvées par les jeunes partout dans le monde. Nous avons repris ensemble les 17 objectifs de développement durable dans l’idée de choisir un seul thème de réflexion :

ODD retenu : la vie aquatique (objectif 14)

Les premières idées de problèmes ont été influencées par la vidéo en elle-même : le thème de la vie aquatique était abordé et les enfants ont beaucoup parlé de pollution plastique dans les océans.

Problèmes identifiés par les CP sur l’ODD14

Le choix de la problématique s’est effectué à l’issue de cette séance en concertation avec la chercheuse qui nous accompagne. Les problèmes de pollution nous paraissaient importants mais le problème soulevé par les attaques de requins plus original et spontanément proposé par les enfants. C’est celui que nous avons retenu.

Lors de la 4e séance, à partir de la problématique « Les requins attaquent les humains », les CP ont cherché des solutions possibles. Ils avaient plein d’idées et ont demandé davantage de temps que prévu. Voici leur propositions :

Propositions de solutions sur le thème « Les requins attaquent les humains ».

La 5e séance a été difficile à mener : une activité sur temps périscolaire un vendredi soir en fin de période, à une semaine de Noël, ce n’est pas le meilleur moment pour réfléchir à des problèmes globaux 🙂 Il restera une séance pour affiner les propositions avancées et puis, lors de cette dernière séance, une activité de création collective avec manipulation sera prioritaire : ce sera le soir des vacances !

Un deuxième article viendra compléter celui-ci avec les activités d’exploration libre qui ont été proposées en complément de cette recherche sur les objectifs de développement durable. A bientôt !

Savanturiers de la créativité, un projet multi-niveaux, multi-démarches

Pour rappel, notre projet Savanturiers du cerveau de l’année est un projet à échelle d’école mené en TAP avec des élèves allant du CP au CM2. Une séance hebdomadaire d’une heure et demie est dévolue à la réalisation du projet. Ce projet est mentoré par Maud Besançon, docteur en psychologie dont les recherches portent sur le potentiel créatif https://perso.univ-rennes2.fr/maud.besancon  et Niluphar Ahmadi, doctorante en psychologie.

Après recueil de leurs conceptions initiales, les CM2 ont lancé le projet à travers trois activités créatives destinées à leur permettre de définir, expérimenter et saisir différentes modalités de la créativité. Leur questionnement devait conduire la suite du projet, non définie a priori. Des cinq séances de TAP, les élèves ont abouti à une liste de questions mais ne sont pas parvenus à faire émerger une seule problématique à transmettre au groupe suivant pour expérimentation.

cf article https://savanturiersducerveau.wordpress.com/2017/10/14/savanturiers-de-la-creativite-en-cm2/

Nous retenons néanmoins trois possibilités :

  • Certaines personnes ont plus de créativité que les autres ? (enfants, adolescents, adultes)
  • Est-ce que l’on peut être créatif dans plusieurs domaines ?
  • Peut-on sauver le monde avec la créativité ?

Par son côté décalé, cette dernière possibilité de problématique a fait rire les CM2. Elle est personnellement celle que je trouve la plus originale, la plus pertinente en ces temps de défis globaux et également celle qui pourrait permettre de combiner deux types de démarches au sein d’un même projet :

  • la démarche créative du design thinking du dispositif Bâtisseurs de possibles
  • la démarche d’apprentissage par la recherche du dispositif Les Savanturiers-l’école de la recherche

A l’issue de la première séance avec les CP, il est conjointement décidé de :

  • poursuivre le projet en conservant la problématique “Peut-on sauver le monde avec la créativité ? » définie par les CM2 en début d’année parmi celles proposées
  • lier cette thématique aux Objectifs de Développement Durable définis par l’ONU pour 2030
  • construire le projet sous forme d’une continuité multi-niveaux CM2/CP/CE1/CE2/CM1 dans l’idée d’une production collective (non encore définie).

Ce projet d’éducation par la recherche autour de la créativité se déclinera de la manière suivante :

  • Choix d’un ODD par les CP : ce choix sera, après discussion/évaluation, maintenu ou modifié pour les futurs groupes
  • L’ODD sera abordé de trois manières différentes :
  1. graphique : par le biais de dessins/peintures voire d’une construction avec du matériel de récupération
  2. verbal : en racontant les nouvelles solutions à partir de leurs dessins/constructions
  3. scientifique : en imaginant une recherche qui permettrait de répondre à une question / problématique en lien avec leur production graphique.

Toutefois, la démarche créative, c’est aussi proposer différentes solutions :

  • avant de se lancer dans la réalisation d’une oeuvre, envisager différentes solutions
  • sélectionner une idée, voire la combinaison de plusieurs idées
  • évaluer : faire preuve d’esprit critique en évaluant son oeuvre et celle des autres : imaginer quels pourraient être les critères pris en considération et en fonction des critères, comprendre que les classements peuvent être différents.

En fonction des possibilités des élèves et du temps disponible, des moments au cours des séances pourront être dévolus aux mêmes activités créatives que les CM2 en début d’année :

  • inventer une suite à l’amorce « Si des lianes tombaient des nuages… »
  • imaginer le plus d’utilisation possible d’un trombone
  • créer une oeuvre collective avec du matériel inducteur et raconter l’histoire de l’oeuvre

A bientôt pour la suite !

Amélie Vacher, PE, école Saint-Exupéry, Langon (33)

Activité créative de production collective

La dernière des trois activités dont le but est de permettre aux élèves d’expérimenter autour de la créativité est une activité de création collective par manipulation.

Les élèves sont répartis en deux groupes (libre constitution des groupes). La seule consigne donnée est de « créer une oeuvre collective à partir du matériel proposé » dans un temps imparti (40 minutes).

Cela permet d’observer à la fois comment se met en place la coopération au sein des équipes et comment le projet prend forme avant son aboutissement.

Expérience des CM2 :

Après un début un peu difficile « On peut avoir des modèles ? Transformer un modèle, c’est aussi créer ! », on a assisté à deux façons de faire très différentes :

  •  un groupe a commencé à assembler le matériel, ensemble, à l’instinct à partir d’une base de construction au sol. L’idée émergente s’est rapprochée d’une construction connue (une église).

  • l’autre groupe a mis plus de temps à commencer mais a décidé auparavant de l’oeuvre à réaliser : ils ont décidé de réaliser des productions seuls ou à deux afin de parvenir ensuite à une production collective (un parc d’attractions).

      

Chacun des groupes a dû présenter sa production à l’autre groupe. Là encore, deux méthodes :

  • un orateur principal pour le groupe (parc d’attractions)
  • une répartition plus équilibrée de la parole (église)

Nous avons pu constater différents types d’originalité :

  • Alors que la production du groupe « église » était plutôt commune, c’est la production orale qui s’est révélée être plus originale (idée des chambres pour chaque enfant dans l’église et manière humoristique de présenter l’oeuvre).
  • Alors que la production de l’autre groupe semblait au départ être une activité individuelle ou en binôme (petits groupes de production), l’originalité principale s’est faite dans le rassemblement des différentes productions avec l’unité thématique d’un « parc d’attraction » inconnu en dehors du groupe. De plus, certaines attractions n’existaient pas (comme la « canne à pêche à attractions » par exemple ou un jeu d’eau tournant ).

Dans l’ensemble, les deux groupes ont pris beaucoup de plaisir à réaliser cette activité collective et à se la présenter mutuellement. A la suite de cette activité et de leurs discussions, ils ont posé la question « Quelles limites a la coopération dans une production collective ? » : une des problématiques possibles du projet multi-niveaux.

Production collective des CP à venir.

Activité créative : le test du trombone

La deuxième activité créative proposée aux élèves est le test du trombone, une activité bien connue dans le domaine de la créativité. Il permet de voir à quel point la pensée est divergente, c’est à dire à quel point il est possible de trouver des solutions originales, « out of the box », par détournement de l’ utilisation traditionnelle d’un objet banal (ici un trombone).

Traditionnellement, on mesure les résultats selon 4 critères principaux:

  • L’aisance, qui correspond au nombre d’utilisations alternatives imaginées durant le laps de temps accordé.
  • L’originalité : à quel point vos propositions sont insolites (ou jugées comme telles).
  • La flexibilité : ce critère correspond à la variété des domaines et catégories au sein desquels des idées ont été trouvées.
  • L’élaboration, qui mesure le degré de détail et de développement de l’idée.

Selon nos possibilités de temps, nous avons choisi de conserver 2 critères : l’aisance et l’originalité de l’idée. Avec les CM2, l’activité s’est déroulée en 10 minutes de manière individuelle. Les propositions ont ensuite été mises en commun, le nombre d’idées dénombré.

Les élèves ont voté pour  l’élève dont ils trouvaient la solution la plus insolite (et décerné un « prix de l’originalité ») puis, pour chaque élève ensuite, ont précisé les solutions qu’ils trouvaient les plus originales (propositions soulignées dans le tableau).

A venir : l’expérience menée avec les CP.