Le sommeil

La poupée de la classe est arrivée un matin avec plein de pansements. Elle était tombée dans l’escalier car elle n’avait pas assez dormi… Cette situation a amené les élèves à se poser 5 questions et à tenter d’y répondre en dictée à l’adulte. Ils ont ensuite pris les photos ou vidéos en reprenant leurs réponses. Enfin ils ont légendé les images mises en pages dans une même affiche interactive.

Nos 5 questions sur le sommeil

Mais pourquoi dormir est-il si important ?

Que se passe-t-il dans notre cerveau pendant que nous dormons ?

Nous avons visionné plusieurs vidéos pour tenter de comprendre.

Sid le petit scientifique : Le sommeil

Nous avons appris que le cerveau et le corps fonctionnent sans s’arrêter, même la nuit. Le sommeil permet de réparer les blessures, mémoriser les choses vues dans la journée, grandir.

Publicités

Sentir les goûts – la bouche

Observation de l’organisation et du fonctionnement de son corps :
On s’observe 2 à 2 en train de savourer puis avec une lampe de poche dans une glace: bouche vide, l’ouvrir toute grande, tirer la langue… Nous observons des intérieurs de bouche avec une petite caméra.
Nous remarquons les 2 lèvres, nous observons les dents, la langue (dessus avec les bourgeons, dessous les veines), le palet, la luette, les amygdales…
Expérimentation pour permettre aux élèves de constater des différences de goût dans les aliments chauds ou froids :
  • Nous préparons du cacao. Chaque élève verse un peu de lait (chaud, tiédi ou froid) dans son gobelet, ajoute du cacao et mélange. Les remarques des élèves pendant qu’ils préparent sont les suivantes: la couleur change, bien mélanger… Ils constatent que le cacao se mélange moins bien dans le froid, le lait chaud fume et sens plus fort…IMG_8125
  • Nous goûtons toutes les préparations. Nous constatons que la même boisson dégustée à des températures différentes ne provoque pas les mêmes sensations, toutes n’ont pas le même goût (plus sucrés, plus amers, plus chocolatés…). Nous disons nos préférences: le cacao amer n’est pas très apprécié.

IMG_8119

Expérimentation pour permettre aux élèves de reconnaître et distinguer le goût d’aliments différents qui ont la même apparence visuelle:

  • Proposer aux élèves des bols avec des poudres blanches: sel, sucre, farine, sucre glace, noix de coco, poudre d’amande…

IMG_8065

  • Défi : reconnaître ces aliments sans les goûter, juste avec les yeux. Mais toutes se ressemblent… Ensuite en les sentant… On reconnait la noix de coco à l’odeur.

IMG_8067

  • Pour les différencier et être sûrs, il faut les goûter. Nous nous exprimons sur ce que nous goûtons et émettons des hypothèses. Les paquets d’emballage sont à placer devant chaque bol. Nous vérifions ensemble les résultats.
  •  Conclure: toutes les poudres se ressemblent à la vue et se différencient par le goût ou à l’odeur. Certains sont agréables à manger, d’autres non (le sel pique, le sucre est granuleux et fond dans la bouche, la farine est douce et colle sur la langue…)

Expérimentation pour comprendre les liens qui existent entre le goût et les autres sens – Réaliser que la bouche détecte les goûts et que ceux-ci sont enregistrés dans notre cerveau:

  • Montrer 3 pommes différentes (une pomme verte Grany Smith, une pomme marbrée, une pomme jaune). Demander de choisir la pomme que les élèves préféreraient manger. Et pourquoi?

  • « La pomme rouge a été cueillie au bon moment alors que la verte et la jaune non. Elles ne sont pas mures. »
  • « La rouge est plus sucrée. Elle est plus grosse. »
  • « Moi je pense c’est la verte la meilleure. »
  • « Moi je me souviens que j’ai mangé une pomme verte qui était acide. Je l’ai aimée donc j’aimerai goûter celle là. »
  • « La troisième a des tâches donc on pense qu’il a des vers de terre. Elle n’est surement pas bonne. »
Même test avec le chocolat (yeux fermés) : cacao, tablette, granulés ou bonbons.

Exprimer les sensations et définir ce qui les surprend.

  • « Tous ont la même odeur mais pas le même aspect et pas le même goût. »
  • « Le cacao est le plus sucré parce que je sais, j’en bois le matin avec mon lait. « 
  • « Le bonbon est le plus sucré:  parce que les bonbons sont très sucrés donc ce chocolat sûrement aussi. « 
  • « La tablette parce que c’est mon chocolat préféré. « 

Conclusion : La vue joue un rôle important dans la reconnaissance des goûts. Juste en le voyant, on arrive à se souvenir du goût que ça a parce qu’elle a enregistré dans son cerveau. Les yeux nous renseignent sur l’aspect des aliments, leur formes, leur couleur. Ces aliments peuvent nous attirer ou nous dégoûter.

  • Avec le loto des odeurs, nous essayons de deviner en mettant des pinces-nez. Impossible! Pour sentir, nous ne pouvons utiliser que notre nez.

  • Nous faisons le même test avec les pastilles du loto des saveurs.

Notre goût est modifié quand on a le nez bouché. Cela nous arrive aussi quand on est malade quelques fois. Nous n’avons plus de goût dans la bouche quand nous avons le nez bouché.

Conclusion: notre nez joue un rôle important dans la reconnaissance des goûts. Les capteurs du nez et des papilles fonctionnent-t-ils ensemble?

Sentir les odeurs – le nez

  • Observation 2 à 2 puis dans une glace. Repérer les 2 narines dans lesquelles s’engouffrent les odeurs (même si on a les yeux bandés, les oreilles bouchées et la bouche fermée!) On repère bien le nez au milieu de la figure.

Première expérimentation:

  • Nous découvrons certaines épices et aromates (vanille, curry, menthe, poivre, citronnelle, réglisse, sésame, cacao, cannelle, cacahuète…), fleurs séchées, pots-pourris.
  • Nous identifions nos goûts et nos préférences. Nous n’aimons pas tous la même chose.
  • Ensuite, nous créons un nouveau parfum en choisissant différents éléments à disposition et en les mélangeant dans un pot contenant un peu d’eau.
  • Nous écrivons ensuite les mots sur l’étiquette de notre parfum.
  • Nous présentons notre parfum aux autres en expliquant ce qu’on a utilisé.
  • Conclure: chacun apprécie les odeurs à sa façon, suivant sa propre « bibliothèque » et ses souvenirs. Certaines odeurs sont plus fortes que d’autres.

Voir – les yeux

  • Chaque élève observe les yeux de plusieurs camarades. On a vu des différences de couleur et de forme.
  • Au tableau, la maîtresse a projeté des photos des visages des élèves et on y a repéré les ressemblances et les différences.

  • On étudie les yeux plus précisément. On apprend de nouveaux mots: on repère les yeux de chaque côté du nez, les paupières qui peuvent se fermer, les cils le long des paupières, le blanc de l’œil, le rond coloré (l’iris) au centre.
  • Pour voir, les yeux ont besoin de lumière. Elle entre dans chaque œil par un petit trou noir: la pupille. Avec une lampe de poche, faire l’expérience pour voir qu’à la lumière elle se ferme, dans l’obscurité elle s’ouvre.

Quand on regarde un bateau, son image entre dans la pupille et se dirige dans l’œil. Le nerf optique transmet l’image au cerveau et le cerveau comprend qu’on regarde un bateau.
  • Nous étudions un thaumatrope et nous en faisons un. Nous comprenons que le cerveau fait quelques fois des erreurs. Le mouvement des images « trompe » nos yeux. Les images sont bien différentes. Elles nous donnent l’impression de se superposer lorsqu’on fait vite marcher le thaumatrope.

Thaumatrope  1

Thaumatrope 2

Thaumatrope 3

  • Nous essayons aussi d’autres illusions d’optique.

Entendre – les oreilles

Nous faisons des expérimentations sur les sons et leur perception.

  • Nous commençons par remplir des bouteilles en verre avec des niveaux d’eau différents.
  • Ensuite nous tapons dessus avec des baguettes en bois, en métal, en plastique.

Nous remarquons que la matière des baguettes produit des sons différents. Aussi, avec une même baguette, nous entendons des sons différents suivant le niveau d’eau dans la bouteille. S’il y a beaucoup d’eau, le son est grave. Quand il y a peu d’eau, le son est aigu.

  • Nous transvasons l’eau dans des pots transparents avec de l’encre.

  • Nous inventons des mélodies en collant des gommettes de la couleur des pots.

  • Nous testons nos mélodies puis nous échangeons nos partitions avec nos camarades.
  • Mélodie
  • Nous apprenons que nos oreilles dissocient des sons aigus ou graves. Mis les uns à côté des autres, ils forment des mélodies qu’on reconnait, qu’on aime ou non et qu’on mémorise comme quand on apprend des chants.

Expérimentation 2:

  • Nous écoutons des bruits ambiants avec des objets différents dans ou sur les 2 oreilles. Nous complétons une fiche pour expliquer si on entend plus ou moins fort avec tel ou tel objet sur les oreilles.
> casque audio, écouteurs, casque de chantier, coquillages, mains, torchons, serviettes de toilette, bonnet, cache-oreille …
  • Pourquoi entend-on plus ou moins suivant les objets?

 

Pour comprendre le fonctionnement :

Un groupe d’enfants écoute pendant qu’un groupe les observe (sons dans différents endroits de la classe): la tête s’oriente vers le bruit. Mais on ne voit pas avec les yeux. Le son entre dans l’oreille, le cerveau se demande ce que c’est donc on tourne la tête pour voir ce que ça peut être. Si les enfants se bouchent un ou les deux oreilles, ils entendent moins.

Nous étudions un schéma de l’intérieur de l’oreille et nous apprenons de nouveaux mots. Le son entre dans le pavillon de l’oreille. Il passe dans le conduit auditif puis tape contre le tympan qui transmet aux osselets. Cela fait bouger des liquides dans le limaçon qui transmettent un message au cerveau par le nerf auditif. Et le cerveau comprend le son. Nous avons une petite bibliothèque de sons donc quand on écoute un bruit déjà entendu, on peut se souvenir de ce que c’est.

Présentation du projet aux élèves

Pour commencer, nous avons exprimé ce que nous pensons savoir à propos du cerveau.

Nos premières idées

A travers des expériences, nous allons chercher à comprendre comment le cerveau fonctionne avec les oreilles (pour entendre et mémoriser), avec la bouche (pour parler et exprimer nos émotions), avec le nez (pour sentir et mémoriser les odeurs), avec les yeux (pour voir et imaginer) et avec la peau (pour percevoir des sensations).

Nous allons aussi nous questionner sur le sommeil. Pourquoi est-il important de dormir pour le développement du cerveau?

Notre mentor s’appelle Manon Berriche. Nous pourrons lui poser toutes les questions qui viendrons au cours de nos expérimentations.