Savanturiers de la créativité, un projet multi-niveaux, multi-démarches

Pour rappel, notre projet Savanturiers du cerveau de l’année est un projet à échelle d’école mené en TAP avec des élèves allant du CP au CM2. Une séance hebdomadaire d’une heure et demie est dévolue à la réalisation du projet. Ce projet est mentoré par Maud Besançon, docteur en psychologie dont les recherches portent sur le potentiel créatif https://perso.univ-rennes2.fr/maud.besancon  et Niluphar Ahmadi, doctorante en psychologie.

Après recueil de leurs conceptions initiales, les CM2 ont lancé le projet à travers trois activités créatives destinées à leur permettre de définir, expérimenter et saisir différentes modalités de la créativité. Leur questionnement devait conduire la suite du projet, non définie a priori. Des cinq séances de TAP, les élèves ont abouti à une liste de questions mais ne sont pas parvenus à faire émerger une seule problématique à transmettre au groupe suivant pour expérimentation.

cf article https://savanturiersducerveau.wordpress.com/2017/10/14/savanturiers-de-la-creativite-en-cm2/

Nous retenons néanmoins trois possibilités :

  • Certaines personnes ont plus de créativité que les autres ? (enfants, adolescents, adultes)
  • Est-ce que l’on peut être créatif dans plusieurs domaines ?
  • Peut-on sauver le monde avec la créativité ?

Par son côté décalé, cette dernière possibilité de problématique a fait rire les CM2. Elle est personnellement celle que je trouve la plus originale, la plus pertinente en ces temps de défis globaux et également celle qui pourrait permettre de combiner deux types de démarches au sein d’un même projet :

  • la démarche créative du design thinking du dispositif Bâtisseurs de possibles
  • la démarche d’apprentissage par la recherche du dispositif Les Savanturiers-l’école de la recherche

A l’issue de la première séance avec les CP, il est conjointement décidé de :

  • poursuivre le projet en conservant la problématique “Peut-on sauver le monde avec la créativité ? » définie par les CM2 en début d’année parmi celles proposées
  • lier cette thématique aux Objectifs de Développement Durable définis par l’ONU pour 2030
  • construire le projet sous forme d’une continuité multi-niveaux CM2/CP/CE1/CE2/CM1 dans l’idée d’une production collective (non encore définie).

Ce projet d’éducation par la recherche autour de la créativité se déclinera de la manière suivante :

  • Choix d’un ODD par les CP : ce choix sera, après discussion/évaluation, maintenu ou modifié pour les futurs groupes
  • L’ODD sera abordé de trois manières différentes :
  1. graphique : par le biais de dessins/peintures voire d’une construction avec du matériel de récupération
  2. verbal : en racontant les nouvelles solutions à partir de leurs dessins/constructions
  3. scientifique : en imaginant une recherche qui permettrait de répondre à une question / problématique en lien avec leur production graphique.

Toutefois, la démarche créative, c’est aussi proposer différentes solutions :

  • avant de se lancer dans la réalisation d’une oeuvre, envisager différentes solutions
  • sélectionner une idée, voire la combinaison de plusieurs idées
  • évaluer : faire preuve d’esprit critique en évaluant son oeuvre et celle des autres : imaginer quels pourraient être les critères pris en considération et en fonction des critères, comprendre que les classements peuvent être différents.

En fonction des possibilités des élèves et du temps disponible, des moments au cours des séances pourront être dévolus aux mêmes activités créatives que les CM2 en début d’année :

  • inventer une suite à l’amorce « Si des lianes tombaient des nuages… »
  • imaginer le plus d’utilisation possible d’un trombone
  • créer une oeuvre collective avec du matériel inducteur et raconter l’histoire de l’oeuvre

A bientôt pour la suite !

Amélie Vacher, PE, école Saint-Exupéry, Langon (33)

Publicités

Activité créative de production collective

La dernière des trois activités dont le but est de permettre aux élèves d’expérimenter autour de la créativité est une activité de création collective par manipulation.

Les élèves sont répartis en deux groupes (libre constitution des groupes). La seule consigne donnée est de « créer une oeuvre collective à partir du matériel proposé » dans un temps imparti (40 minutes).

Cela permet d’observer à la fois comment se met en place la coopération au sein des équipes et comment le projet prend forme avant son aboutissement.

Expérience des CM2 :

Après un début un peu difficile « On peut avoir des modèles ? Transformer un modèle, c’est aussi créer ! », on a assisté à deux façons de faire très différentes :

  •  un groupe a commencé à assembler le matériel, ensemble, à l’instinct à partir d’une base de construction au sol. L’idée émergente s’est rapprochée d’une construction connue (une église).

  • l’autre groupe a mis plus de temps à commencer mais a décidé auparavant de l’oeuvre à réaliser : ils ont décidé de réaliser des productions seuls ou à deux afin de parvenir ensuite à une production collective (un parc d’attractions).

      

Chacun des groupes a dû présenter sa production à l’autre groupe. Là encore, deux méthodes :

  • un orateur principal pour le groupe (parc d’attractions)
  • une répartition plus équilibrée de la parole (église)

Nous avons pu constater différents types d’originalité :

  • Alors que la production du groupe « église » était plutôt commune, c’est la production orale qui s’est révélée être plus originale (idée des chambres pour chaque enfant dans l’église et manière humoristique de présenter l’oeuvre).
  • Alors que la production de l’autre groupe semblait au départ être une activité individuelle ou en binôme (petits groupes de production), l’originalité principale s’est faite dans le rassemblement des différentes productions avec l’unité thématique d’un « parc d’attraction » inconnu en dehors du groupe. De plus, certaines attractions n’existaient pas (comme la « canne à pêche à attractions » par exemple ou un jeu d’eau tournant ).

Dans l’ensemble, les deux groupes ont pris beaucoup de plaisir à réaliser cette activité collective et à se la présenter mutuellement. A la suite de cette activité et de leurs discussions, ils ont posé la question « Quelles limites a la coopération dans une production collective ? » : une des problématiques possibles du projet multi-niveaux.

Production collective des CP à venir.

Activité créative : le test du trombone

La deuxième activité créative proposée aux élèves est le test du trombone, une activité bien connue dans le domaine de la créativité. Il permet de voir à quel point la pensée est divergente, c’est à dire à quel point il est possible de trouver des solutions originales, « out of the box », par détournement de l’ utilisation traditionnelle d’un objet banal (ici un trombone).

Traditionnellement, on mesure les résultats selon 4 critères principaux:

  • L’aisance, qui correspond au nombre d’utilisations alternatives imaginées durant le laps de temps accordé.
  • L’originalité : à quel point vos propositions sont insolites (ou jugées comme telles).
  • La flexibilité : ce critère correspond à la variété des domaines et catégories au sein desquels des idées ont été trouvées.
  • L’élaboration, qui mesure le degré de détail et de développement de l’idée.

Selon nos possibilités de temps, nous avons choisi de conserver 2 critères : l’aisance et l’originalité de l’idée. Avec les CM2, l’activité s’est déroulée en 10 minutes de manière individuelle. Les propositions ont ensuite été mises en commun, le nombre d’idées dénombré.

Les élèves ont voté pour  l’élève dont ils trouvaient la solution la plus insolite (et décerné un « prix de l’originalité ») puis, pour chaque élève ensuite, ont précisé les solutions qu’ils trouvaient les plus originales (propositions soulignées dans le tableau).

A venir : l’expérience menée avec les CP.

Activité créative : « Si des lianes tombaient des nuages »

Voici une première activité sur le thème de la créativité. Elle est individuelle et sera conduite pour chacun niveau sur l’année (CM2, CP, CE1, CE2, CM1). Le but est d’expérimenter la créativité verbale et de mieux la percevoir par le partage des productions écrites et/ou orales entre élèves.

« Si des lianes tombaient des nuages »… 

Extraits de cahiers de chercheurs en CM2 :

Tristan : “On pourrait faire des lassos, une grande corde à sauter, des fouets. On pourrait se balancer aux arbres de la cour, on pourrait récupérer des ballons. On pourrait tirer une voiture à vélo, on pourrait arriver plus vite à l’école. On pourrait attraper nos sacs plus vite. »

Idriss : « Ca s’accrocherait à tous les arbres. Moi et Maëlle, on jouerait à Tarzan, au singe.On rigolerait et pour moi, je pense que jouer est un droit de l’enfant donc je dis que tous les enfants ont le droit de jouer. Si des lianes tombaient du ciel, ce serait génial, on jouerait tous jusqu’au soir et on rentrerait avec le sourire. Pour moi, la créativité, c’est jouer, penser, créer, inventer, aimer, avoir des idées. Moi, j’adore créer. »

Eléa : « Je pourrais monter tout en haut, je ramènerais des bouts de nuages qui auraient le goût de barbe à papa. On construirait un village dans les nuages. Le village d’en bas, on le détruirait et cela ferait un endroit privé pour conserver la nature et les animaux. »

Matéo L : « Je trouverais ça bizarre mais génial car je pourrais m’y accrocher et voler dans les airs comme un oiseau, aller sur les nuages ou même dans l’espace ou pas. Et même si je sais que cela ne peut pas être possible, après tout, on ne sait jamais. Pas vrai ? »

Manon : « Les arbres pleureraient de la pluie, le ciel serait tout vert avec plein de feuilles, les oiseaux seraient en herbe et écorce, les parapluies s’appelleraient “paralianes”. Les paralianes seraient en écorce tellement les lianes seraient solides. Pour moi, c’est indispensable de s’amuser donc on ferait Tarzan, on imiterait les singes, on ferait de la balançoire et tout le monde serait content et aurait le sourire. »

Alassane : « Ma maison serait pleine de lianes et ce serait dur de les enlever. J’essaierai de mettre un bouclier autour de la terre. Après, j’enlèverais les lianes des maisons. »

A venir, les productions orales des CP (enregistrement sur tablettes).

L’expérience

La classe a réalisé l’expérience de dégustation de yaourt.

Il y a avait deux yaourts à goûter. Un yaourt nature coloré en rouge et un yaourt nature sans arôme.

Voici le questionnaire que nous avons proposé aux testeurs. Les testeurs devaient goûter les yaourts en remplissant le questionnaire.

 

Je vois
C’est grumeleux granuleux lisse
1 2 3 4 5
blanc blanc cassé jaune
1 2 3 4 5
terne lumineux brillant
1 2 3 4 5
sec un petit peu  humide humide
1 2 3 4 5
compact mélangé brassé liquide
1 2 3 4 5
Je sens
Je sens le lait non un petit peu beaucoup
1 2 3 4 5
Je sens le sucre non un petit peu beaucoup
1 2 3 4 5
Je goûte
Les saveurs
C’est pas sucré c’est très sucré
1 2 3 4 5
pas salé très salé
1 2 3 4 5
Ce n’est pas amer très amer
1 2 3 4 5
C’est peu acide très acide
1 2 3 4 5
Les arômes
je sens Le grillé Les fruits frais les épices les arômes floraux le chocolat
1 2 3 4 5
CITRON

Nous n’avons pas réussi à tromper le cerveau de nos goûteurs. Nous en avons parlé avec notre mentor et avec JP Maître.

C’est à cause de notre tableau et de notre protocole. En réalité, il ne faut pas proposer de tableau de dégustation pour le test scientifique. Cela entraîne le cerveau et fausse le résultat !

En revanche, nous avons appris quelque chose en analysant notre expérience, on a découvert un fait inattendu : on peut entraîner le cerveau à goûter avec une grille d’évaluation.

Notre mentor nous a expliqué que les scientifiques font souvent des découvertes  à partir de leurs erreurs.

Savanturiers de la créativité en CM2

       

Bonjour, nous sommes les CM2 de l’école Saint-Exupéry à Langon (33) : Lola, Roxane, Idriss, Rébéca, Carla, Charlène, Matéo L, Matéo G, Jasmine, Lucie, Emmy, Eléa, Manon, Tristan, Marco, Alassane, Douae et Emma.

Nous nous intéressons à la créativité. Notre enseignante est Amélie Vacher et notre mentor Maud Besançon, docteur en psychologie, co-créatrice de l’EPoC, un test permettant l’évaluation du potentiel créatif (Lubart, Besançon et Barbot).

https://perso.univ-rennes2.fr/maud.besancon

 

Nous faisons notre projet Savanturiers sur les temps d’activités périscolaires (TAP) en 5 séances pour débuter le projet. Il sera ensuite poursuivi par des CP puis des CE1, CE2 et enfin CM1 en fin d’année.

Nous avons commencé par nous questionner sur ce qu’est l’éducation par la recherche.

https://wordart.com/dy27vqjm3kdo/projet-d%C3%A9ducation-par-la-recherche

Un projet d’éducation par la recherche, pour nous :

  • Ce sont des individus qui s’intéressent au monde, à la vie et qui ont envie de le comprendre, d’en savoir plus ou/et de l’améliorer. Ce qu’ils essaient de faire par leur motivation et en faisant des efforts, seuls ou en groupe, grâce à leurs idées, hypothèses, aux informations qu’ils vont trouver et aux connaissances qu’ils vont construire.

Ensuite, nous avons réfléchi à ce qu’était la créativité pour nous.

    

“J’ai dessiné différentes créativités : l’oral, le dessin, l’écriture, quand on fait une activité manuelle.”

“J’ai fait tout simplement un cerveau qui réfléchit. Il lit sur un livre. Il pense à 364×6 = ? Il voit un arc-en-ciel. J’ai fait une ampoule comme quoi il réfléchissait ou il imaginait.”

« La créativité ça vient de nous. Souvent, quand on a des sentiments, on est créatifs. »

Essais de définition de la créativité :

Groupe 1 : « C’est un thème qu’on imagine dans sa tête. On s’en fiche si c’est beau ou moche, on fait tout ce qui nous passe par la tête tant qu’on s’amuse ».

Groupe 2 : « C’est quand on imagine des choses pour les créer ».

Groupe 3 : « C’est de l’art (dessin ou écriture). La créativité, ça vient de tout le monde même si on n’a pas la même créativité ».

Groupe 4 : « C’est créer quelque chose et c’est à la fois une activité. Exemple : Créer un robot, il faut de la créativité et c’est une activité ».

Groupe 5 : « C’est ce que l’on imagine (les rêves, les jeux, la décoration, les cauchemars…) ou des personnes faites à partir de déchets de plantes. On a des idées qui nous font créer des choses imaginaires. On se sert de la créativité pour s’amuser, pour ne pas s’ennuyer, pour s’occuper ».

Groupe 6 : « La créativité c’est plein d’idées. C’est un peu comme une boîte dans le cerveau : une boîte à idées ».

Puis, nous nous sommes mis en situation de défis :

  • de production écrite en inventant la suite de “Si des lianes tombaient des nuages…”
  • d’imagination avec le test du trombone
  • de manipulation avec un défi collectif

Ces petites expériences nous permettent de confronter nos points de vue et de nous questionner sur la créativité.

Voici quelques-unes de nos questions :

  • Est-ce que l’on peut être créatif en maths, en français… dans ce que l’on fait à l’école ?
  • Est-ce que l’on peut être créatif dans plusieurs domaines ?
  • Pourquoi certaines personnes ont plus de créativité que les autres ? (enfants,  jeunes vs adolescents, adultes…)
  • Pourquoi avons-nous besoin de créativité ? 
  • Quelles formes peut prendre la créativité ?
  • Avons-nous la créativité de notre naissance ?
  • Quels sentiments nous procurent la créativité ?
  • Peut-on vivre sans créativité ? 
  • Peut-on sauver le monde avec la créativité ?

 

       

Pour notre dernière séance, nous ferons un tri dans nos questions pour choisir une problématique de recherche qui sera ensuite étudiée par les autres groupes de TAP de l’école.

Si nous avons le temps, nous réfléchirons également au type d’expérimentation que nous pourrions mener.

A bientôt !